Vous êtes ici : Accueil>
Rentrée scolaire

Le compte n’y est pas !

Article mis en ligne le 07-09-2018 permalien

Le 3 septembre, Alban Bruneau, maire, accompagné par Fabrice Pimor, adjoint au maire, et des techniciens municipaux, a fait le tour des écoles. Une rentrée en demi-teinte qui appelle une mobilisation contre les classes surchargées à l’école maternelle Turgauville.


Le 3 septembre, Alban Bruneau, maire, a rencontré Jean-Pierre Bois, inspecteur d’académie, dans l’école maternelle Turgauville.

En juin et juillet, soutenus par la municipalité, les parents d’élèves de l’école élémentaire Arthur-Fleury et de la maternelle Turgauville avaient mené plusieurs actions contre les classes surchargées. Opération école morte, occupation et blocages à Arthur-Fleury et une occupation à Turgauville avaient ponctué la fin de l’année scolaire.

Parents et élus n’ont été que partiellement entendus. Dans la semaine de la rentrée 2018-2019, après un comptage mené le 3 septembre par Jean-Michel Bois, inspecteur d’académie, la direction de l’Education nationale a décidé l’affectation d’un enseignant supplémentaire dans l’école Arthur-Fleury primaire permettant l’ouverture d’une classe supplémentaire qui sera la bienvenue pour alléger des CE1 et CE2 actuellement à 30 élèves malgré le dédoublement des CP. « Je salue cette décision qui vient valider ce que les élus, enseignants et parents d’élèves mobilisés depuis des mois ne cessaient de dire. Je regrette toutefois qu’il ait fallu attendre plusieurs jours après la rentrée pour prendre cette décision évidente en provoquant ainsi du stress inutile » a déclaré Alban Bruneau, maire.

Malheureusement, l’Education nationale a refusé de revenir sur sa décision de fermer une classe à la maternelle Turgauville, laissant ainsi des classes à 33, 35 et 36 élèves dans cet établissement. « C’est inacceptable, réagissait Alban Bruneau. Visiblement, nous payons la sortie arbitraire de cette école maternelle du REP (réseau d’éducation prioritaire) alors même que l’école primaire du même groupe en fait partie. Bien qu’admettant que cette sortie de REP est injustifiée, la direction de l’Education nationale ne prend visiblement aucune mesure pour corriger cette faute. Nous ne pouvons admettre une telle situation. »

Appuyée par Jean-Paul Lecoq, député, la municipalité est immédiatement intervenue auprès de la Directrice des services départementaux de l’Education Nationale en invitant les parents, les familles, les enseignants et tous les habitants du quartier à poursuivre la mobilisation pour que les enfants disposent de conditions d’enseignement satisfaisantes. « Plus globalement, nous constatons une fois encore le décalage existant entre les déclarations de bonne intention du ministre et la réalité du terrain. L’Education nationale ne fait que gérer une pénurie budgétaire imposée par des gouvernements qui considèrent l’Education comme un coût à réduire et non comme un investissement à valoriser », a conclu le maire.

Les parents d’élèves proposent deux rassemblements le 11 septembre.

Du côté des familles, l’heure est de nouveau à la mobilisation. Une opération « école morte » est annoncée pour le mardi 11 septembre. Les parents appellent à ne pas mettre les enfants à l’école et à se rassembler dans la cour de la maternelle à 8h30.

L’action se poursuivra ce mardi, à 17 heures, devant la Maison de l’Education (33, rue du Père-Flavigny) au Havre pour un rassemblement de protestation qui sera soutenu par les enseignant.e.s du SNUipp-FSU 76 et de la CGT Educ’Action.

Précisions à venir sur la page Facebook Ville de Gonfreville l’Orcher.



Enregistrer au format PDF

Voir tous les évènements


WEB TV

PROGRAMMATION CINÉMA MUNICIPAL

Programmation Cin�ma Municipal