Vous êtes ici : Accueil>
Environnement

Ce que l’on sait de l’incident chez Total

Article mis en ligne le 09-08-2018 permalien

Un incident s’est produit sur le site pétrochimique Total le 6 août. Un long torchage bien visible et sonore a inquiété les habitants. Voici les éléments dont nous avons eu connaissance.


L’origine de l’incident ayant été touvé, le torchage a cessé le 9 août à 12h30.

Dans des messages publiés sur le site Allo Industrie le 6 août à 0h04 et à 11h27, TOTAL Plateforme Normandie annonçait des épisodes de torchage sur le site pétrochimique Total. « Nous vous informons que suite au déréglage temporaire d’une unité sur le site Pétrochimie, des épisodes de torches, fumées et bruit peuvent avoir lieu. Nous mettons tout en œuvre pour en limiter au maximum la durée. Nous vous prions de nous excuser par avance pour la gêne éventuellement occasionnée » était-il annoncé dans un premier temps.

Puis, un second message disait :« Dimanche 5 août, vers 4h du matin, un incident technique sur l’unité vapocraqueur du site pétrochimique a entrainé des épisodes importants d’émission à la torche. Les équipes du site sont actuellement en cours d’intervention pour régler cet incident. Les épisodes de torchage se poursuivront jusqu’au mercredi 8 août. Nous vous informons également que les bruits importants entendus et signalés dans la nuit de dimanche à lundi ne sont pas dus à l’activité de la plateforme Normandie et n’ont aucun lien avec l’incident technique mentionné. Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée. »

Le 6 août, à 14h51, Eric Dufour, directeur adjoint de la raffinerie Total, répondait par mail à une sollicitation de Romaric Franque, de la Direction régionale de l’environnement (Dréal). « Pour faire suite à votre demande téléphonique, vous trouverez, ci-joint, les éléments sur l’incident en cours sur le Vapocraqueur depuis dimanche 4h12. A cette heure, le compresseur des gaz craqués 2R1 a déclenché suite à un défaut électrique sur son moteur. Une première analyse montre un défaut sur l’excitatrice du moteur (moteur neuf changé pendant le grand arrêt en juin 2018). Une diode de l’excitatrice sur une série de 6 installées a été trouvée en court-circuit. Des personnes compétentes des fournisseurs JEUMONT (partie moteur) et GE (partie variateur de vitesse) sont présentes sur site ainsi que les électriciens de TOTAL pour effectuer les réparations nécessaires au redémarrage (changement de la série de 6 diodes).
En parallèle, le site met à profit cette indisponibilité pour intervenir sur 5 vannes de recycle, dont les membranes de fourniture MASONEILAN pourraient présenter des défauts de fabrication. Des torchages sont en cours avec le détournement des effluents de gaz craqués en sorties des fours vers la torche le temps de l’intervention sur le moteur. Le redémarrage de la machine 2R1 devrait intervenir en fin de journée. Les torchages devraient durer jusqu’à retour en qualité de l’éthylène et du propylène, soit vraisemblablement dans la nuit de mardi à mercredi soit environ 24h/36h après le démarrage de la machine. Nous ne manquerons pas d’expertiser les diodes afin de déterminer la cause de la défaillance et de vous faire un retour sur cette expertise.
 »

Une information postée sur la page Facebook Ville de Gonfreville l’Orcher a suscité de très nombreux commentaires en amalgamant parfois des événements étrangers à l’incident, notamment un tir de feu d’artifice dans le tunnel Jenner au Havre entendu à des kilomètres à la ronde. Mais ce que les habitants retiennent principalement de ces épisodes, ce sont les fumées noires, les vibrations ressenties dans les logements de jour comme de nuit et le bruit assourdissant qui empêchait l’ouverture des fenêtres pendant les fortes chaleurs.

Il faut noter que les industriels ont recours au torchage pour des raisons de sécurité en cas notamment de risques d’accident et/ou d’explosion. Dans le cadre de son dernier arrêt réglementaire en mai-juin, le site pétrochimique a procédé au changement de l’un de ses deux nez de torche ainsi que des lignes d’alimentation vapeur des deux torches. Ces modifications nécessitent des réglages appropriés pour éviter les vibrations causées par des excès d’apport de vapeur et les fumées noires lorsque l’apport de vapeur est insuffisant.

Lors de l’épisode du week-end, une augmentation des émissions de dioxyde de soufre a été mesurée à Caucriauville, mais sans dépassement des seuils réglementaires. Si cela avait été le cas, la préfecture de Seine-Maritime aurait pris un arrêté afin que tous les industriels réduisent leurs rejets.

En cas d’incident, le site Allo Industrie publie les messages des industriels concernés. Il est également possible de téléphoner au 0800 101 092, un numéro vert mis en place par la CCI Seine Estuaire. Appel gratuit.

Vous pouvez suivre l’état de la pollution dans le département en allant sur le site Atmo Normandie.



Enregistrer au format PDF

Voir tous les évènements


WEB TV

PROGRAMMATION CINÉMA MUNICIPAL

Programmation Cin�ma Municipal