Vous êtes ici : Accueil>
Histoire locale

Un lieu pour ne pas perdre la mémoire

Article mis en ligne le 04-05-2016 permalien

Le 2 mai, deux anciens baraquements restaurés ont été inaugurés pour ne pas oublier un épisode marquant de l’histoire communale.


JPEG - 91.3 ko
A l’occasion de l’inauguration, Jean-Paul Lecoq a présenté une photo aérienne des camps provisoires.

Situés rue du 8 Mai 1945, ces baraquements faisaient partie de la cité Arthur-Fleury. La municipalité a restauré l’un en se référant à la période des camps américain construits en 1945 et l’autre dans l’aspect des cités provisoires de 1952. Une partie des locaux sera dédiée aux activités de l’Association gonfrevillaise des cités provisoires (AGCP) présidée par Jean-Michel Burette.

En lien avec l’AGCP, ce lieu de mémoire va recevoir des groupes de visiteurs, notamment des scolaires, et deviendra un espace de partage de l’histoire et du patrimoine gonfrevillais. La restauration a conservé certains éléments d’origine. D’autres aspects ont été reconstitués d’après photos ou grâce à la mémoire des membres de l’AGCP.

Ce coup d’œil dans le rétroviseur peut aussi éclairer le présent. « C’est ici qu’est né l’esprit gonfrevillais que nous connaissons aujourd’hui, a tenu à souligner Jean-Paul Lecoq, maire. Cet esprit fait de résistance, de solidarité et de luttes. Faire revivre ces lieux, c’est donc également entretenir l’esprit, les valeurs de notre ville et de ses habitants. »

A l’avenir, avec l’appui d’un scénographe, la reconstitution d’une chambrée de GI’s (période 1945-1947) et l’intérieur d’un logement des cités provisoires (période 1952-1980) seront envisagés. Pour l’heure, l’AGCP expose ses intérieurs rétros (cuisine, chambre, salle de classe) et ses maquettes des cités provisoires.

Marquant le vif intérêt pour cette réalisation, de nombreuses personnes étaient présentes pour l’inauguration. Parmi elles, d’anciens habitants des cités provisoires qui ont pu faire fonctionner la machine à remonter le temps en regardant les meubles, les objets, les photos datant d’après-guerre. Quelques éléments américains évoquaient l’histoire des camps cigarettes. « De nombreux touristes américains viennent visiter les plages du débarquement. Ils seront intéressés par la découverte des lieux où les soldats américains ont vécu avant de repartir chez eux », a expliqué Jean-Paul Lecoq.

Coût global de l’opération : 555 381€ financés par la Ville avec le soutien du Département (38 260€), de la Fondation du Patrimoine via la Fondation Total (75 000€).

Retrouvez l’album photos sur la page Facebook Ville de Gonfreville l’Orcher.



Enregistrer au format PDF

Voir tous les évènements


WEB TV

PROGRAMMATION CINÉMA MUNICIPAL

Programmation Cin�ma Municipal