Vous êtes ici : Accueil>
Santé

Pour la réouverture de Charcot !

Article mis en ligne le 27-01-2016 permalien

Comme l’an passé, des parents, soutenus par Jean-Paul Lecoq, maire, et des militants de la section gonfrevillaise du PCF, se sont invités, le 25 janvier, aux vœux du groupe hospitalier du Havre (GHH) pour réclamer la réouverture du CMP Charcot.


La délégation à son arrivée devant l’hôpital Jacques-Monod.

En octobre 2014, apprenant le projet de fermeture du centre médico-psychologique Jean-Charcot à Gonfreville l’Orcher, des familles, soutenues par la municipalité, avaient multiplié les interventions pour demander le maintien de la structure où 45 enfants étaient suivis par un psychiatre, un neuropsychologue et une orthophoniste. A l’époque, 25 autres enfants en difficulté étaient sur une liste d’attente. 400 signatures avaient été réunies sur une pétition pour sauver le CMP.

En janvier 2015, pour protester contre la fermeture devenue réalité, un groupe de parents, accompagné par Jean-Paul Lecoq, maire, et des militants communistes munis de pancartes avaient pacifiquement fait irruption dans une salle de l’hôpital Jacques-Monod où la direction présentait ses vœux au personnel hospitalier.

Un an plus tard, la situation est restée au point mort. Les mêmes sont donc retournés au même endroit ce 25 janvier pour les mêmes raisons et avec les mêmes intentions. « Stop au statu quo pour Charcot, indiquait un tract. La direction de l’hôpital a classé le dossier et justifie sa décision par le manque de médecin. Cette carence est le résultat d’une volonté politique, celle d’un financement constamment réduit dans la santé et la perpétuelle quête de concentrer les moyens au lieu de les répartir. L’antenne du CMP est partie, les besoins sont restés, exigeons son retour ! »

Depuis la fermeture du CMP, les familles suivies sont dirigées vers Le Havre ou Montivilliers. Ces déplacements engendrent des difficultés (allongement du temps de prise en charge, problème de transport, coûts… ) qui font que certaines familles renoncent malheureusement à une prise en charge pour leur enfant.

Echange cordial avec Alain Fuseau dans la salle de réception de l’hôpital.

Arguments visiblement de peu de poids au moment des discours d’Alain Fuseau (président de la Commission Médicale d’Établissement), de Zaynab Riet (directrice du GHH) et d’Edouard Philippe (président de la Codah)… Une nouvelle fois, par la bouche d’Alain Fuseau, la question de la démographie médicale, autrement dit l’insuffisance de postes de psychiatres, a servi de bouclier face aux légitimes revendications des intéressés.

La réponse ne convient pas du tout à la délégation. Un rendez-vous va être demandé à la nouvelle directrice du Groupe hospitalier du Havre.



Enregistrer au format PDF

Voir tous les évènements


WEB TV

PROGRAMMATION CINÉMA MUNICIPAL

Programmation Cin�ma Municipal