Vous êtes ici : Accueil>

Gonfreville d'aujourd'hui

Article mis en ligne le 14-01-2010 permalien

Située à l’estuaire de la Seine, à proximité du Havre et du Pont de Normandie, Gonfreville l’Orcher est l’exemple d’un équilibre réussi entre performance industrielle, sécurité et qualité de vie.

Repères :

Superficie : 25,81 km2

Densité de la population :
356 hab/km2


Gonfreville l’Orcher,

Ville industrielle de 9179 habitants de l’agglomération havraise, Gonfreville l’Orcher a une longue histoire. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, la commune n’est guère plus qu’un gros village malgré la présence d’usines importantes, telles que la fonderie Bassot et la Corderie du Commerce, dans le hameau de Gournay-en-Caux. L’implantation des usines Schneider (actuelle usine Aircelle) à Mayville puis la construction de la Compagnie Française de Raffinage (actuelle raffinerie Total) vont commencer à changer la physionomie de la ville. Mais ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale que Gonfreville l’Orcher va prendre véritablement son essor, avec l’installation des cités provisoires destinées à accueillir les familles sinistrées de la région havraise.

Camp Philip Morris

En quelques mois, la population gonfrevillaise passera ainsi de 4446 à plus de 8000 habitants ! Ces cités, qui ne disparaîtront qu’à l’orée des années 1980, vont laisser des traces. Elles contribueront à forger l’identité actuelle des Gonfrevillais faite de courage et de pugnacité. Car la vie à Gonfreville l’Orcher n’a pas toujours été facile. Aujourd’hui encore la majorité de la population gonfrevillaise dispose de revenus modestes et le parc H.L.M. demeure très important. La municipalité, dirigée par le maire communiste Jean-Paul Lecoq, attache donc une grande importance à tout ce qui peut contribuer à l’amélioration de la vie quotidienne des habitants.

Environnement et culture du risque

Raffinerie Total

Comprenant une des zones industrielles les plus importantes d’Europe, Gonfreville l’Orcher est exposée aussi bien aux risques naturels (inondations, mouvements de terrains aux abords des falaises et marnières) qu’aux risques technologiques. La ville s’est trop tôt investie dans la culture du risque. L’information et la prévention se manifestent de différentes façons : création d’un service de prévention communale pour les risques majeurs, signalétique, réalisation de films pédagogiques, dispositif d’alerte téléphonique, création d’une Réserve Communale de Sécurité Civile... Le boîtier multimédia d’alarme (conçu et réalisé par les sociétés Synovia et Cedralis) est appelé à révolutionner les systèmes d’alarme déjà existants. Reliée à la fibre optique, l’Alertbox® permet, en à peine 20 secondes, d’alerter la population entière de la ville en cas de problème.

Gérer les risques, c’est aussi savoir respecter l’environnement. C’est ce qui a amené la municipalité à investir dans un réseau de chaleur au bois. Écologique et économique, ce chauffage urbain alimente les bâtiments municipaux, le complexe nautique, le collège, ainsi que des logements collectifs. Inscrite dans une démarche d’Agenda 21, Gonfreville l’Orcher s’efforce de favoriser protection de l’environnement et développement durable. Cela se retrouve en particulier dans l’aménagement des pistes cyclables au pied des falaises, la lutte contre les inondations ou le recours aux nouvelles normes de construction Haute Qualité Environnementale dans la réalisation des nouveaux bâtiments. Tous ces efforts ont été récompensés par un prix (catégorie sensibilisation/éducation) aux 16èmes trophées Eco Actions.

Des équipements performants

Piste d’athlétisme en synthétique

Gymnases, centres sportifs, stades, aires de jeux multisports sont installés dans tous les quartiers de la ville. C’est ce qui séduisit, entre autres, le journal l’Equipe et l’amena, en 2003, à décerner à Gonfreville l’Orcher le trophée de la ville la plus sportive de France (catégorie villes de moins de 20 000 habitants). Depuis ce trophée, de nouveaux équipements sportifs ont été créés : le complexe échecs/arts martiaux qui comprend un dojo de niveau régional et une salle modulable d’échecs capable de recevoir de grands tournois. Le complexe nautique Gd’O (construit avec la Communauté d’Agglomération Havraise – C.O.D.A.H.) offre quatre bassins (dont un ludique), une rivière sauvage, un pentagliss, une pataugeoire d’été et des espaces cardio et balnéo.

La médiathèque

La volonté d’accessibilité au plus grand nombre se retrouve dans les équipements culturels ou de loisirs comme l’Espace Culturel de la Pointe de Caux (salle de spectacles de 400 places, cinéma et lieu d’expositions), les écoles municipales de musiques et de danses, la médiathèque (qui est entièrement gratuite et propose de nombreuses animations) et le C.L.E.C (Centre de loisirs et d’échanges culturels). L’Espace Culturel de la Pointe de Caux accueille également le festival européen de cinéma du Grain à démoudre. Un « festival de cinéma pas comme les autres », comme l’écrivit Télérama puisqu’il est organisé uniquement par de jeunes cinéphiles.

Depuis une quinzaine d’années, la ville s’efforce également de développer les nouvelles technologies. Elle a ouvert un espace multimédia à la médiathèque avec un poste aménagé pour les personnes handicapées, un point Cyb au service jeunesse, créé une école municipale d’informatique et distribué des cahiers électroniques. Mais, surtout, Gonfreville s’est engagée dans une démarche novatrice concernant le très haut débit. Depuis 2009, toute la ville est raccordée à la fibre optique. Les 3800 foyers, entreprises et ERP ont accès gratuitement au très haut débit (100 Mb). Développé dans le cadre de la C.O.D.A.H., le réseau public de Gonfreville l’Orcher est 100% fibré jusqu’à l’abonné.

Une politique solidaire de l’habitat

La question du logement est une priorité pour la municipalité. Malgré son important parc de logements sociaux, la commune ne peut en effet faire face à toutes les demandes. C’est pourquoi elle s’est lancée dans de vastes travaux de rénovation du centre et dans la création de nouveaux quartiers, combinant souci paysager et respect de l’environnement, et favorisant la mixité sociale. Le plus gros chantier actuel est celui du Chemin vert. A terme, pas moins de 270 logements de qualité vont voir le jour. Le coût des lots libres a été calculé pour que les parcelles de terrains soient accessibles au plus grand nombre. C’est cette même volonté politique qui anime le projet de renouvellement urbain du quartier Teltow. Désenclaver ce quartier permettra d’en faire un véritable centre ville. Élaboré en concertation étroite avec la population, ce projet va améliorer l’aménagement des espaces publics et permettre l’implantation de nouveaux équipements. Il prévoit aussi l’ouverture d’un espace santé et la refonte du centre commercial de la place du Vieux-Colombier. Là encore, l’attention apportée à l’environnement (création d’un square, résidentialisation des immeubles, utilisation de paille et de terre pour l’édification du local jeunes, déconstruction « en douceur » des immeubles détruits) rejoint la volonté de service (regroupement du pôle de musiques actuelles, de l’école municipale de musiques et de l’école municipale informatique dans un même lieu, création d’un petit hôtel d’entreprises tertiaires).

L’EPHAD

La politique de l’habitat de la ville c’est aussi l’EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) inaugurée en 2010, les appartements de coordination thérapeutique et les logements à vocation intergénérationnelle de Gournay, les pavillons de Mayville aménagés pour recevoir des personnes à mobilité réduite, la rénovation des Résidences pour Personnes Agées et la reconstruction du foyer de Mayville.

L’éducation et la jeunesse

A Gonfreville l’Orcher, différentes structures existent pour aider les jeunes. Une grande importance est accordée à la petite enfance (halte d’enfants, relais assistance maternelle, relation parents/enfants...) et à l’éducation. Mis en place depuis 1998, le Projet Éducatif Local, renforcé depuis par le projet de réussite éducative, s’efforce d’accompagner individuellement les enfants en difficulté scolaire et de contribuer à leur épanouissement.

Le Pédibus du centre de loisirs

Par ailleurs, différents dispositifs d’aides aux projets des jeunes existent, que ces derniers soient d’ordre professionnel ou personnel. L’antenne de la Mission locale et le Comité Logement Jeunes aident les jeunes en difficulté à accéder à l’indépendance. Initiative originale, « GO, bouge avec ta ville » est un journal écrit par et pour les jeunes gonfrevillais, il relaie les expériences des jeunes, leur donne des infos, leur ouvre des espaces de parole. Les loisirs ne sont pas oubliés comme le prouvent la colonie des Ailes blanches à Magland (en Savoie), la multiplication des espaces de jeux, la ludothèque,... En 2006, Gonfreville a d’ailleurs obtenu le deuxième prix des villes ludiques (catégorie 10 000 à 50 000 habitants) pour « la cohérence de ses choix d’aménagements d’espaces ludiques avec sa politique éducative ainsi que pour l’importance accordée à la concertation avec la population. »

Culture de paix et solidarité

Enfants sahraouis

Située au coeur de l’agglomération havraise (une agglomération durement éprouvée par la seconde guerre mondiale...), Gonfreville l’Orcher pratique la culture de la paix. L’air du large n’est pas loin et avec lui souffle un esprit fait de tolérance et d’ouverture aux autres peuples. Ville jumelée avec la ville de J’Réfia au Sahara Occidental depuis 1993, (chaque année, durant l’été, des enfants sahraouis sont accueillis dans des familles gonfrevillaises) et avec la ville de Teltow en Allemagne, adhérente de l’association française des communes, départements, régions pour la paix (AFCDRP), Gonfreville l’Orcher cultive une solidarité chaleureuse que l’on retrouve dans les nombreux échanges qu’organise le Comité de Jumelage. Sans oublier les grands rendez-vous annuels que sont la Fête de la Ville et la Journée internationale de la Paix. La vie associative est d’ailleurs riche à Gonfreville (près d’une centaine d’associations). La solidarité locale, c’est aussi la politique envers les personnes handicapées (construction du CAT mis à disposition de l’Association ALPEAIH, accessibilité de tous les bâtiments municipaux).



Enregistrer au format PDF

Voir tous les évènements


WEB TV

PROGRAMMATION CINÉMA MUNICIPAL

Programmation Cin�ma Municipal