Vous êtes ici : Accueil>
Solidarité internationale

Gonfreville l’Orcher, une ville engagée dans la cause sahraouie

Article mis en ligne le 04-06-2013 permalien

La Ville de Gonfreville l’Orcher a décidé d’être présente le samedi 8 juin dans le village de l’Armada pour défendre la cause sahraouie et particulièrement les 24 civils arrêtés et condamnés à la suite du violent démantèlement par l’armée marocaine du camp de Gdeim Izik en novembre 2010. Elus et membres du comité de jumelage informeront les visiteurs sur une question rarement développée dans les médias.


JPEG - 180.7 ko
Après avoir reçu la caravane de solidarité avec le peuple sahraoui, la Ville de Gonfreville l’Orcher poursuivra son action le 8 juin dans le village de l’Armada.

L’Armada est un événement de portée internationale qui reçoit des voiliers réputés de diverses nationalités (Belem, Marité, Jolie Brise, Artemis, Thalassa...), mais aussi des bâtiments militaires français, russe, anglais... marocain. Cette année, c’est le patrouilleur Bir Anzarane qui représentera le Maroc. Son nom évoque une bataille de 1979 qui opposait précisément les forces marocaines au Front Polisario…

S’il en était besoin, cette fâcheuse “coïncidence” motive les amis de la République arabe sahraouie démocratique, parmi lesquels la Ville de Gonfreville l’Orcher, au moment où les autorités marocaines défient une nouvelle fois le droit international en réprimant les militants pacifiques de Gdeim Izik.

Le camp de Gdeim Izik a réuni jusqu’à 25 000 Sahraouis dans le désert durant plus de trois semaines. Venus notamment d’El Aïoun, capitale du Sahara Occidental, les milliers de civils entendaient militer pacifiquement en faveur de leurs droits politiques, sociaux et économiques. Leur pays est occupé militairement depuis 1975 par le Maroc, pays qui viole les droits internationaux et les droits de l’Homme (spoliation des richesses sahraouies, répression permanente, torture dans les prisons...).

Le 23 mars 2013, le conseil municipal de Gonfreville l’Orcher a voté une motion demandant la libération des 24 militants sahraouis lourdement condamnés (les peines vont de 20 ans de prison à la perpétuité) à Rabat par un tribunal militaire marocain le 17 février dernier. Un procès “vicié à la base” comme l’ont souligné Amnesty International et les observateurs internationaux, parmi lesquels un élu gonfrevillais, délégués sur place.

La Ville de Gonfreville l’Orcher est jumelée avec la Ville de J’Refia depuis 1993. Ces vingt dernières années, en partenariat avec le comité de jumelage, la municipalité a développé de nombreuses actions pour dénoncer l’occupation marocaine au Sahara Occidental, seul territoire non-décolonisé d’Afrique.

- Actions humanitaires qui comprennent une aide matérielle (matériel agricole et scolaire, sono, panneaux solaires…) aux camps de réfugiés installés dans le désert algérien, l’accueil d’enfants sahraouis chaque été depuis 1993…

- Actions politiques qui comprennent des interventions à l’ONU, la participation à diverses conférences internationales, des rassemblements de solidarité avec les prisonniers politiques et leurs familles...

C’est aussi dans ce cadre politique, que le maire de Gonfreville l’Orcher avait tenté de se rendre dans le camp de l’Espoir de Gdeim Izik pour y apporter son soutien. Initiative stoppée dans l’aéroport de Casablanca. Les autorités marocaines l’ont arrêté avant de l’expulser vers la France le 8 novembre 2010, jour de l’assaut des forces répressives dans le camp.

La Ville de Gonfreville l’Orcher, solidaire également du peuple palestinien, poursuit son inlassable combat pour la justice et la paix en exigeant le respect du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui qui passe par l’organisation d’un référendum et l’application du plan de paix signé sous l’égide de l’ONU en 1991. Des orientations pacifiques systématiquement rejetées par les autorités marocaines avec la très fidèle complicité de la France.

Le 25 avril, le gouvernement français s’est une nouvelle fois rangé derrière les autorités marocaines en refusant d’inclure la surveillance des droits de l’homme dans les compétences de la mission des Nations Unies (Minurso) au Sahara Occidental comme le souhaitaient Amnesty International, Human Rights Watch et d’autres associations internationales.

Retrouvez la Ville de Gonfreville l’Orcher le samedi 8 juin, de 10h à 20h, sur le stand des Amis de l’Humanité installé quai Ferdinand-de-Lesseps à Rouen. Un reportage du photographe Anthony Jean réalisé avant l’assaut des forces marocaines dans le camp de Gdeim Izik y est présenté. Des élus et des membres du comité de jumelage et d’échanges internationaux de Gonfreville l’Orcher vous accueilleront.

Outre son soutien au peuple sahraoui, la Ville parlera de ses projets et activités en matière d’innovations techniques et de développement durable (boîtier d’alerte pour les risques majeurs, local jeunes en paille, bâtiment tertiaire en Cématerre…), de solidarité envers les personnes handicapées, âgées, précaires…, d’amitié entre les peuples.

Lire aussi Le Sahara Occidental n’est pas marocain.



Enregistrer au format PDF

Répondre à cet article

Voir tous les évènements


WEB TV

PROGRAMMATION CINÉMA MUNICIPAL

Programmation Cin�ma Municipal