Vous êtes ici : Accueil>
Solidarité internationale

Le Sahara Occidental n’est pas marocain

Article mis en ligne le 13-05-2013 permalien

A l’initiative du CER SNCF de Normandie et de l’association des Amis de la république arabe sahraouie démocratique (Aarasd), une caravane de solidarité avec le peuple sahraoui était partie du Mans le 4 mai. Les marcheurs sont arrivés le 11 mai à Gonfreville l’Orcher.


JPEG - 212.2 ko
"Une seule solution, l’autodétermination", scandaient les marcheurs français et sahraouis à leur arrivée.

C’est un relais sportif pas ordinaire qui vient de sillonner la Normandie. Préparé par des cheminots syndicalistes, il a été soutenu par les associations de solidarité avec le peuple sahraoui présentes dans la Sarthe et en Seine-Maritime (comité de jumelage de Gonfreville l’Orcher, un Camion citerne pour les Sahraouis) et par des municipalités comme Harfleur et Gonfreville l’Orcher.

Préoccupant sujet d’actualité, la cause des 24 prisonniers sahraouis lourdement condamnés en février dernier par un tribunal militaire marocain suite au violent démantèlement du camp de Gdeim Izik était défendue dans chaque ville traversée. Un passage par le Mémorial de Caen, lieu qui fait vivre la mémoire de la résistance à l’occupation et des luttes contre les injustices, a été particulièrement riche en symboles.

Les marcheurs rejoints par des Sahraouis qui résident en France ont fait une halte dans le centre culturel La Forge d’Harfleur avant de parcourir les derniers kilomètres du relais sportif. Le circuit dans Gonfreville l’Orcher passait par la rue de J’Refia, rue qui salue la ville jumelle sahraouie avec laquelle la commune entretient des relations fraternelles depuis 1993.

L’arrivée s’est joyeusement faite en musique sur la place Jean-Jaurès. L’harmonie municipale de Magland (commune qui reçoit chaque été des jeunes sahraouis en vacances dans la colonie gonfrevillaise Les Ailes blanches) a interprété un air de bienvenue avant la tenue d’une cérémonie officielle dans la salle du conseil municipal trop étroite pour contenir l’assistance.

Les partenaires de cette action originale ont rappelé les raisons de leur engagement aux côtés du peuple sahraoui et ont unanimement condamné l’attitude du gouvernement français, indéfectible allié du pouvoir marocain, qui a récemment refusé d’inclure la surveillance des droits de l’homme dans les compétences de la mission des Nations Unies (Minurso) au Sahara Occidental comme le souhaitaient Amnesty International, Human Rights Watch et d’autres associations internationales.

Le maire a annoncé que la Ville de Gonfreville l’Orcher va poursuivre son action en faveur des prisonniers politiques sahraouis. Le 8 juin, elle sera à Rouen dans le stand des Amis de l’Humanité, au cœur du village de l’Armada 2013, pour demander leur libération et la mise en place d’un référendum d’autodétermination au Sahara Occidental.

Visiblement émus de voir leur drapeau flotter sur un mât aux côtés du drapeau français, les militants sahraouis ont manifesté l’envie de recevoir tous leurs amis dans un Sahara Occidental libéré.

L’événement en images

JPEG - 170.8 ko
Les marcheurs ont été reçus par la municipalité d’Harfleur à La Forge.
JPEG - 170.9 ko
Halte rue de J’Refia, ville sahraouie jumelée avec Gonfreville l’Orcher.
JPEG - 192.8 ko
L’harmonie municipale de Magland (Haute-Savoie) a joué pour les marcheurs place Jean-Jaurès.
JPEG - 175.4 ko
"Le Sahara Occidental n’est pas marocain !" clamaient les militants sahraouis.
JPEG - 156.3 ko
Le maire de Gonfreville l’Orcher, le président du comité de jumelage, le secrétaire du CER SNCF de Normandie et la présidente de l’Aarasd sont déterminés à poursuivre les actions de solidarité avec le peuple sahraoui.

Pour aller plus loin :

- Plus d’infos sur les prisonniers politiques sahraouis, les 24 de Gdeim Izik et de nombreux autres, sur le site Internet Ecrire pour les libérer.

- Une plaquette d’information concernant la caravane de solidarité est disponible sur le site du CER SNCF Normandie.

- Présent le 11 mai à Gonfreville l’Orcher, le photographe globe-trotter Anthony Jean exposait un reportage unique sur le camp de l’Espoir de Gdeim Izik, près de El Aïoun (Sahara Occidental), juste avant l’attaque des autorités marocaines en novembre 2010. Vous pouvez retrouver ses photos ici.



Enregistrer au format PDF

Répondre à cet article

Voir tous les évènements


WEB TV

PROGRAMMATION CINÉMA MUNICIPAL

Programmation Cin�ma Municipal