Vous êtes ici : Accueil>
Solidarité internationale

10 ans d’actions au Burkina Faso

Article mis en ligne le 09-08-2012 permalien

Le 8 août, la municipalité recevait Isidore Ouedraogo, président de l’association Song Taaba, venu fêter dix ans d’actions communes avec ses amis gonfrevillais.


Jean-Paul Lecoq, maire, entouré d’Isidore Ouedraogo et de Sylvain Gognet, présidents des associations Song Taaba et Solidarité Song Taaba Burkina.

En juin 2002 naissait Solidarité Song Taaba Burkina. Depuis dix ans, l’association gonfrevillaise agit en lien étroit avec une association burkinabée dans trois villages pauvres du Burkina Faso, Wem-Tanghin, Songpelcé et Koulkieka.

Des actions concrètes qui comprennent achats d’outils et de semences pour le maraîchage, micro-crédits et formations à la fabrique de teintures et de savon pour les femmes, forage d’eau, construction d’une maison associative et d’une bibliothèque, installation de panneaux solaires dans les écoles, envois de conteneurs de mobilier, de fournitures scolaires, d’habits et de vélos, alphabétisation, achat de moutons pour un micro-élevage...

Le 8 août, Isidore Ouedraogo et Sylvain Gognet, présidents des deux associations sœurs et amis depuis 35 ans, revenaient sur leur excellent bilan en présence de Jean-Paul Lecoq, maire, d’élus gonfrevillais (Michel Garcia, Daniel Vattier, Marie-Claire Doumbia, Andrée Foisseau, Fabrice Pimor, Gérard Legout, Ahcène Imzi, Marc Collet, Thierry Rolland, Aline Bekhedda) et de responsables associatifs.

Saluant les réalisations de l’association, Jean-Paul Lecoq a poursuivi la réflexion au niveau politique. « Votre action nous amène à réfléchir sur les relations entre l’Europe et l’Afrique. Nous devons arrêter de piller ce continent, le libérer de notre ingérence politique et militaire, mais également lui permettre de se développer de manière autonome. Je considère même que l’Europe a une dette envers l’Afrique. »

Pour sa part, Isidore Ouedraogo, par ailleurs directeur des services Informatiques au ministère de la Fonction publique du Burkina Faso et officier de l’Ordre national, a commencé son intervention en parlant de son ami Sylvain Gognet. « C’est grâce à son éducation qui l’a élevé aux grandes valeurs humaines qu’il s’est approché de moi et que nous avons tissé ces relations. Toutes les actions de l’association sont visibles sur le terrain. Elles contribuent à un mieux-vivre pour les habitants. Les jeunes qui partaient dans les villes pour avoir une meilleure vie sont maintenant stabilisés avec le jardinage. Une grande aide est apportée aux femmes et grâce à l’électrification de l’école, des cours du soir sont donnés aux adultes qui ont le désir d’apprendre le français. On ne finit pas d’apprendre. Apprendre, ça ouvre l’esprit…”

La cérémonie s’est terminée par un échange de cadeaux et par un moment convivial.

La cérémonie en images.

Isidore Ouedraogo, accompagné par sa famille, offrant un cadeau symbolisant l’esprit de justice.
Jean-Paul Lecoq a offert une oeuvre inspirée par la Déclaration universelle des Droits de l’Homme.
Jean-Paul Lecoq a posé avec les représentants de l’association Solidarité Song Taaba Burkina.
Le 8 août, le drapeau burkinabé, ainsi que le drapeau sahraoui, flottait près du drapeau français. "Un acte de grande amitié" salué par Isidore Ouedraogo.

Contact de Solidarité Song Taaba Burkina 7, rue de la Peupleraie 76700 Gonfreville l’Orcher. Courriel : solidarité.songtaaba@wanadoo.fr

Plus d’infos sur le site de l’association Solidarié Song Taaba Burkina.



Enregistrer au format PDF

Répondre à cet article

Voir tous les évènements


WEB TV

PROGRAMMATION CINÉMA MUNICIPAL

Programmation Cin�ma Municipal