Vous êtes ici : Accueil>
Social

Solidari-thé musicale avec les Fralib

Article mis en ligne le 21-12-2011 permalien

Un concert de soutien aux « Fralibiens » a fait vibrer l’Espace culturel de la Pointe de Caux hier soir.


Alban Bruneau, adjoint au maire, a accueilli la délégation des Fralib au nom de la municipalité.

Organisé par Le Havre de Grève, la CGT Le Havre, Solidaires et les Red Lézards, le concert de soutien aux salarié-e-s de Fralib qui fabriquent le thé Lipton et les infusions L’Eléphant à Gémenos (Bouches-du-Rhône) a fait le plein.

Au nom de la municipalité, Alban Bruneau, adjoint au maire, a ouvert la soirée en excusant le député-maire retenu à l’Assemblée nationale. « Membre du comité de soutien aux salariés de Fralib depuis le début de leur lutte, il aurait vraiment aimé être parmi nous ce soir. Nous sommes toujours fiers d’accueillir sur notre territoire les gens qui luttent, qui se battent, qui ne se résignent pas. Comme vous tous, nous ne pouvons tolérer que l’économie de nos territoires soit guidée par des principes néo-libéraux exigés par le grand patronat et la haute finance au mépris des peuples et de la démocratie. »

Une délégation composée de huit salarié-e-s de l’usine de Gémenos, dont quelques anciens Havrais, avait fait le déplacement. Entre deux groupes, Olivier Leberquier, secrétaire du syndicat CGT de Fralib, a présenté les enjeux d’un combat exemplaire contre la délocalisation de l’entreprise et pour le maintien des emplois. Refusant des « chèques valises », les syndicalistes font des propositions alternatives viables pour que la marque l’Eléphant vive et reste en Provence.

Le 19 décembre, le Conseil régional, tout comme le Conseil général et plusieurs collectivités de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, a renouvelé son soutien au projet présenté par les travailleurs. Des engagements officiels ont été pris pour soutenir les salarié-e-s dans leurs démarches. Parallèlement, des partenariats avec des entrepreneurs régionaux se construisent, notamment pour orienter la production vers des thés et des tisanes biologiques. « Devant ces réalités, des conditions sont réunies pour examiner concrètement le redémarrage de la production de thés et d’infusions sur notre site de Gémenos et le maintien des emplois. Unilever ne peut continuer à privilégier ses méthodes antisociales déplorables qui conduisent à casser l’outil de travail et les emplois de notre pays », expliquent les « Fralibiens » qui exigent la tenue d’une table ronde nationale avec les ministres concernés, les collectivités territoriales, les organisations syndicales et la direction d’Unilever.

Les Fralibiens n’ont pas manqué de rappeler également que la justice leur donne raison sur plusieurs requêtes. Le 17 novembre, la Cour d’appel d’Aix-en-Provence a annulé le Plan social de la multinationale Unilever et les licenciements prononcés. Le 15 décembre, le conseil de Prud’hommes a exigé que le groupe Unilever et la société Fralib restituent les salaires retenus abusivement.

Les bonnes nouvelles apportées par les salarié-e-s en lutte depuis plus d’un an ont donné du punch à une longue soirée animée par les Josettes Rouges, Les Oiseaux de Passage, Vincent L, Back To, Fenouil et les Fines herbes, le magicien Nils et les Red Lézards. Malgré les vacances, un large public composé de toutes les générations a répondu présent. Retransmise en direct à l’Union locale CGT d’Aubagne, la soirée a aussi permis d’alimenter une belle caisse de solidarité. Entrées à prix libre, sandwiches et boissons ont rapporté 3 000 euros. Le Havre de Grève a doublé la somme en offrant un chèque de 3 000 euros. Avec l’argent récolté en amont de la soirée, la cagnotte atteint 8 200 euros. Une collecte qui s’ajoute à un très fort capital... de sympathie.

Le tour de France de la solidarité passera par Chambéry le 22 décembre. Une délégation de salariés de Fralib est invitée par l’UL CGT pour un thé de solidarité… sur la place des Eléphants. La résistance des Fralib fera-t-elle des éléphanteaux ?

Quelques images de la soirée gonfrevillaise :

Avant de jouer un morceau avec les Red Lézards, Reynald Kubecki, secrétaire de l’UL CGT du Havre, a salué la lutte des Fralib.
Le chiffre qui tue : 3 000 euros. C’est la somme offerte par Le Havre de Grève aux Fralib en lutte.
Olivier Leberquier, secrétaire du syndicat CGT de Fralib, a présenté le plan alternatif des salarié-e-s qui s’oppose au plan de casse de la multinationale Unilever.
Artistes et syndicalistes au coude à coude pour une soirée chaleureuse et réconfortante.
Les Josettes Rouges, chorale féministe havraise, ont ouvert le show militant qui a duré plus de trois heures.

Plus d’informations sur le blog Fralib vivra.

A voir le film Pot de thé/Pot de fer (2011, 70mn), un film de Claude Hirsch sur la lutte des Fralib, 12 euros.


Article(s) précédent(s)

Enregistrer au format PDF

Répondre à cet article

Voir tous les évènements


WEB TV

PROGRAMMATION CINÉMA MUNICIPAL

Programmation Cin�ma Municipal