Vous êtes ici : Accueil>
Education

Non aux fermetures de classes !

Article mis en ligne le 05-04-2011 permalien

Une délégation de parents d’élèves a interpellé le conseil municipal avant l’ouverture de la séance du 4 avril. En réponse, les élus ont voté à l’unanimité une motion et ont lancé un appel aux parents, à la communauté éducative et aux citoyens pour lutter contre la politique du gouvernement en matière d’éducation. Voici le texte intégral.


Des menaces planent sur l’école publique, laïque et républicaine.

A la rentrée de septembre prochain, deux classes élémentaires de notre commune sont menacées de fermeture : une à Turgauville et une à Jean Jaurès, au motif qu’il manquerait quelques élèves pour maintenir le nombre de classes actuel.

Le gouvernement enclin à sacrifier l’école et notamment l’école publique laïque, a trouvé une nouvelle parade pour fermer des classes et faire disparaître encore 16.000 postes d’enseignants au plan national. Il a créé de nouveaux critères pour y parvenir.

En septembre, l’effectif moyen par classe sera de 23 élèves (dans les périmètres des ZEP) sans aucune marge de négociation et sans délais, puisque le 8 avril prochain, l’Inspecteur d’Académie rendra officiellement sa décision. Les années passées, nous pouvions, jusqu’en juin, examiner les situations et y apporter éventuellement des correctifs.

Aujourd’hui, le pouvoir veut aller vite, afin d’étouffer toute contestation de sa politique éducative. D’où sa précipitation pour rendre son verdict.

Ce plan national se traduit avec dureté en Seine-Maritime : 107 postes d’enseignants dans le premier degré ; 67 dans les collèges et 25 dans le secteur administratif. Les moyens des RASED sont amputés, les maternelles menacées malgré des effectifs en hausse, les formations des enseignants attaquées…

Les établissements de Gonfreville l’Orcher ne sont pas épargnés et nous devons être nombreux à protester contre ces 2 fermetures de classes.

Cette décision est d’autant plus incompréhensible que ces écoles se situent en Zone Urbaine Sensible et de surcroît en Zone d’Education Prioritaire, ce qui à mon sens, est révélateur des difficultés que rencontrent scolairement et socialement de nombreux enfants.

De plus, nous avons fait savoir à l’Inspection Académique que notre commune engage un vaste plan de construction de logements, dont les premières attributions se feront dès le mois de mai, amenant ainsi de nouveaux habitants et modifiant de fait les chiffres retenus pour la rentrée prochaine.

Dans le même temps, nous savons d’ores et déjà que la loi Boutin consistant à remobiliser les logements sociaux pour les familles, aura des conséquences sur un nombre accru d’enfants à accueillir dans les prochains mois.

Enfin, j’ai interpellé l’Inspecteur d’Académie, l’invitant à regarder de près le positionnement géographique de nos écoles.

Je l’incite à faire le calcul de l’ensemble des élèves présents et du nombre de classes et, l’informer que s’il devait appliquer à la lettre sa règle de calcul pour les 3 écoles proches l’une de l’autre, il ne supprimerait qu’une classe avec les effectifs actuels et qu’à mon avis, aucune avec les effectifs comptabilisés en septembre.

Ici, l’attachement de la municipalité au service public de l’Education Nationale passe par des moyens importants en faveur de l’école. Nous considérons que l’école n’est pas un coût, mais un investissement social et humain pour l’avenir.

Et les efforts que nous concédons ne peuvent se substituer en rien à la responsabilité de l’Etat pour l’accès à tous les enfants de l’apprentissage des savoirs et les mêmes chances de réussite pour tous.

Face à ce constat qui met l’avenir même de nos enfants en péril, la municipalité de Gonfreville l’Orcher n’accepte pas la remise en cause des mesures qui portent sur la seule notion de seuil d’effectifs.

Nous n’acceptons pas l’absence de négociations et des délais imposés par l’Inspection Académique où, au-delà du 8 avril, aucune évolution ne serait possible avant le jour de la rentrée.

Nous n’acceptons pas que ne soit pas prise en compte l’évolution démographique prévisible et déjà mesurable.

Nous réitérons notre attachement au service public de l’Education, à l’accès aux savoirs, à l’égalité des chances et récusons cette décision.

Nous appelons les parents d’élèves, les enseignants et l’ensemble de la communauté éducative, les citoyens, à se mobiliser, à lutter contre les effets négatifs de la politique conduite en matière éducative par le gouvernement.

Nous appelons chacune et chacun à se mobiliser et à manifester contre ces fermetures de classes et à exiger des moyens humains et financiers pour répondre aux attentes et aux besoins afin que nos enfants étudient dans les meilleures conditions possibles. C’est de notre responsabilité, c’est une question fondamentale de notre société.

Pour protester contre les fermetures de classes, les parents d’élèves font une opération "école morte" le jeudi 7 avril dans les écoles primaires Turgauville et Jean-Jaurès.

Les syndicats enseignants appellent par ailleurs à une grève le vendredi 8 avril. Un rassemblement est prévu ce jour-là, à 10 heures, devant l’Inspection académique, rue du Père-Flavigny, au Havre.


Article(s) suivant(s)

Enregistrer au format PDF

Répondre à cet article

Voir tous les évènements


WEB TV

PROGRAMMATION CINÉMA MUNICIPAL

Programmation Cin�ma Municipal